Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
19 nov.

Vous êtes ici : Accueil > Campus > L'université > Actualités

Les Grandes ouvertures, nouveau cycle de conférences-débats en partenariat avec l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse

Actualité, Colloque/Séminaire/Conférences-Rencontres/Débats, Communiqué

C'est le 1er octobre prochain que s'est ouvert un nouveau cycle de conférences-débats, les Grandes ouvertures, organisées par la Direction de la communication et de la culture de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, en partenariat avec l’Académie des Sciences, des Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse. L'objectif de ces « Grandes ouvertures » est de présenter au grand public les avancées et les ruptures dans les domaines scientifiques et leurs apports concrets à la société.

Liées à l'actualité nationale et internationale, ces conférences-débats s'échelonnent d'octobre à juin, à un rythme bimestriel. Elles viennent se situer en complément des Ouvertures, mises en œuvre mensuellement par le Pôle culture à l'Université et qui portent cette année sur le thème de la lumière, en référence à l'Année internationale de la lumière qui se déroule en 2015.

Les Grandes ouvertures se tiennent certains mercredis de 18h à 20h à l'Hôtel d'Assézat. Chacune d'elles réunie trois intervenants qui croisent leur vision sur le sujet et interagissent avec l'auditoire.
Chaque conférence permet de présenter une vue très actuelle d'une thématique, d'en souligner les progrès et d'en clarifier les limites et les incertitudes, en évitant les jargons spécialisés tout autant que les effets médiatiques.

Il s'agit ainsi d'aider le grand public à nourrir sa réflexion et à se forger ses propres opinions dans un contexte de progression rapide des connaissances et des technologies.





La quatrième conférence-débat des Grandes Ouvertures, a pour but de présenter les différents défis environnementaux qui se posent aujourd'hui à l'agriculture.
Sous le titre "Agriculture durable : qu'apporte la recherche ?
", cette conférence a pour but de présenter les différents défis environnementaux qui se posent aujourd'hui à l'agriculture, dans un contexte de développement durable.

Le débat sera animé par Philippe Dorchies, Professeur émérite à l'INP-ENVT (École Nationale Vétérinaire de Toulouse).


Interviendront :

  • Michel Duru, Directeur de recherche à l'INRA, Responsable Agroécologie du Centre INRA de Toulouse
Au cours des trente glorieuses, la production agricole a connu une croissance forte grâce à l¹utilisation accrue d'intrants de synthèses comme les engrais minéraux ou les pesticides, jointe à une spécialisation des régions comme des exploitations agricoles et à la simplification des systèmes de culture. Mais ces facteurs de développement agricole ont aussi entraîné une forte dépendance aux ressources naturelles (eau, pétrole), la pollution des eaux, de l'air et du sol, et sont donc à l¹origine d'impacts négatifs sur notre environnement et notre santé. Ce modèle est donc aujourd'hui justement contesté. Deux voies se dessinent aujourd'hui pour relever les défis environnementaux posés par ce modèle.
La première voie cherche à réduire les impacts de l'agriculture sur l'environnement par le recours à des intrants de substitution (organique), aux ressources de la génétique, du recyclage et de l'agriculture de précision (ex : capteurs), sans pour autant remettre en question les logiques de production. Une autre voie a pour but de faire repenser le renouvellement de l'agriculture sur le développement de la biodiversité, par association d'espèces dans le temps (cultures intermédiaires, rotations de culture) et dans l'espace (agroforesterie, structures paysagères). Elle se donne pour objectif de rompre ou de limiter la dépendance aux intrants de synthèse. Elle engage à fortement diversifier les filières et les modes de gestion des ressources naturelles dans les territoires, de même que le mode de transfert des connaissances.
Les forces et faiblesses de ces deux voies, de même que les possibilités de leur hybridation, pour satisfaire les piliers du développement durable en matière d'économie, d'environnement, d'enjeux sociétaux comme d¹impact nutrition-santé seront examinées au cours de cette conférence.

  • Guillaume Becard, Professeur à l'université Toulouse III - Paul Sabatier et à l'Institut Universitaire de France

La réduction des intrants, en particulier des engrais minéraux, peut passer par une exploitation et une optimisation des interactions naturelles entre les plantes et les microorganismes du sol. Dans tous les écosystèmes naturels, la plupart des espèces végétales sont associées au niveau de leurs racines à des champignons microscopiques dans une symbiose appelée symbiose mycorhizienne à arbuscules. Il s'agit d'un partenariat gagnant-gagnant grâce auquel le partenaire fongique s'approvisionne en carbone et la plante hôte est plus résistante et bénéficie d'une meilleure nutrition minérale (notamment phosphatée) et hydrique. Au-delà, les espèces d'une famille végétale importante, les légumineuses se sont associées avec des bactéries rhizobia les rendant ainsi capables de fixer l'azote atmosphérique et de se développer dans des sols très pauvres en azote.
Une large communauté scientifique internationale étudie les processus biologiques fondamentaux de formation et de fonctionnement de ces deux symbioses. Bien que ces processus soient très complexes, les connaissances acquises ces dernières années ouvrent des perspectives prometteuses d'exploitation de ces interactions plantes-microorganismes naturelles pour réduire l'utilisation des pesticides et fertilisants
chimiques.


Télécharger le communiqué de presse


Lien sur le site de l'Académie des sciences
Dates
du 21 janvier 2015 au 10 juin 2015

Date de mise à jour 31 mars 2015


Agenda

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11