Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
24 sept.

Vous êtes ici : Accueil > Campus > L'université > Actualités

Rubrique Interview – Régine André-Obrecht

Actualité

« Les nouvelles dispositions pour l’entrée en master sécurisent le parcours des étudiants et donnent toute sa valeur à ce diplôme »

Dès la rentrée 2017, les étudiants admis en première année de master à l’université Toulouse III- Paul Sabatier seront assurés de poursuivre en deuxième année, conformément à la loi promulguée en décembre dernier. Décryptage sur cette évolution sensible de l’entrée en master avec Régine André-Obrecht, Vice-présidente à la formation et à la vie universitaire.

La loi adoptée le 24 décembre 2016 a pour objectif d’adapter le master, deuxième cycle universitaire de l’enseignement supérieur au système licence-master-doctorat. Qu’est-ce que cela signifie ?

Ce que confirme la loi, c’est que le master est un diplôme qui sanctionne deux ans d’études après la licence qui, elle, s’obtient en trois ans. Or, depuis l’adoption du système LMD (licence, master, doctorat) subsistait une pratique de sélection entre la première et la deuxième année de master, survivance de l’ancienne maîtrise que sanctionnait un diplôme de niveau bac + 4. La loi impose désormais que tout étudiant de première année de master puisse poursuivre en seconde année, sans sélection à ce niveau-là.
Cette disposition implique que l’université doit réfléchir aux parcours de master dès l’admission en première année, en fonction des capacités d’accueil des différents diplômes. L’université Toulouse III - Paul Sabatier compte 23 masters pour lesquels il a été fixé des capacités d’accueil au niveau de la première année de master.

Quelles sont les conditions d’accès aux masters ?
C’est en effet un des points d’évolution, puisqu’auparavant tous les licenciés entraient de droit en première année de master. Il leur sera désormais demandé de constituer un dossier comprenant une lettre de motivation et l’expression d’un projet professionnel en plus des notes des cinq premiers semestres de licence, avec bien sûr validation de l’entrée en master par obtention du diplôme de licence. En cas de refus, les étudiants auront un recours possible auprès du rectorat en présentant un dossier semblable.

Y-a-t-il un risque à modifier ces conditions d’accès ?
Le risque est de créer des mentions trop sélectives, c’est pourquoi il faut veiller à fixer des capacités d’accueil à la fois en fonction du nombre d’étudiants en troisième année de licence mais aussi du nombre d’étudiants que l’on peut encadrer en master deuxième année. Il faut aussi prévoir d’accueillir des étudiants en provenance d’autres universités ou de l’étranger.

En pratique, quels aménagements la mise en place de ce dispositif a-t-elle nécessité ?

Nous avons développé un portail de candidatures commun aux composantes de l’Université, une expérimentation d’ailleurs partagée avec l’université Toulouse 1 Capitole. Un des facteurs de réussite de cette procédure était de développer un système totalement dématérialisé et nous sommes en cours de finalisation. A compter du 24 avril, les candidatures seront ouvertes par voie électronique jusqu’au 2 juin ; les réponses aux candidats seront transmises avant fin juin. L’étudiant disposera alors de quinze jours pour saisir le rectorat en cas de refus, celui-ci lui fera alors d’autres propositions d’admission, dans l’académie.

Considérez-vous cette évolution comme étant une bonne mesure ?
Oui, parce qu’elle sécurise le parcours des étudiants et donne toute sa valeur à ce diplôme. Il y avait une vraie logique à lier les deux années de master, le stress du passage de M1 en M2 est par là-même supprimé. De plus, ces nouvelles règles, avec des capacités fixées en fonction du nombre d’étudiants en licence, permettront à un maximum d’étudiants de poursuivre leurs études à Paul Sabatier, à l’exception notable de certaines mentions qui ont des capacités restreintes, comme en STAPS.

Quid des étudiants actuellement en première année de master ? Y-a-t-il un impact sur leur parcours ?
Non, ancien et nouveau système cohabitent pour l’année 2017-2018, il n’y a pas d’impact de cette nouvelle organisation pour les étudiants actuellement en M1.


Sur les cinq filières de formation proposées à l’université Toulouse III - Paul Sabatier
Nombre de masters : 28
Nombre de parcours : 106

Dates
le 1 avril 2017

Date de mise à jour 27 avril 2017


Agenda

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11