Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
23 juin

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Recherche

Chamboule-tout dans les origines des chevaux

Résultat de recherche

Apprivoisés il y a 5500 ans au Kazakhstan, les chevaux de Botai étaient considérés comme les ancêtres de tous les chevaux domestiques actuels... jusqu’à ce qu’une équipe menée par des chercheurs du CNRS et de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier séquence leur génome. Les résultats publiés le 22 février 2018 dans la revue Science sont surprenants : ces équidés ne sont pas les aïeux de nos chevaux domestiques, mais ceux des chevaux de Przewalski, présumés sauvages !

© Ludovic Orlando / Natural History Museum of Denmark / CNRS

© Ludovic Orlando / Natural History Museum of Denmark / CNRS

La première preuve de la domestication du cheval remonte à environ 5500 ans, dans les steppes d'Asie centrale. Les modèles actuels prédisent que tous les chevaux domestiques modernes vivant aujourd'hui seraient des descendants des chevaux domestiqués pour la première fois à Botai, dans le nord du Kazakhstan actuel. Pour l’équipe de Ludovic Orlando, chercheur CNRS au laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/Université Paris Descartes), séquencer les génomes de 20 de ces chevaux permettait de saisir sur le fait l'évolution biologique associée à la domestication. En effet, il est quasi impossible d’accéder aux premières étapes de la domestication en analysant les génomes de chevaux modernes, considérablement transformés par la sélection des éleveurs.
 
Cette analyse génomique, cependant, a livré des résultats inattendus. A défaut d'être la source des chevaux domestiques actuels, les chevaux de Botai se sont révélés les ancêtres directs des chevaux de Przewalski ! Ces derniers, supposés être les derniers chevaux sauvages sur Terre, représentent donc en réalité les descendants sauvages des premiers chevaux jamais domestiqués. L’étude a mis en évidence certains changements survenus lors de ce retour à l’état sauvage, au nombre desquels un allèle impliqué dans l’apparition d’une robe léopard, qui était présent chez le cheval de Botai mais a été perdu par la suite, probablement éliminé par sélection naturelle parce qu’il causait une mauvaise vision nocturne.

Quant aux chevaux domestiques modernes, leur origine doit être recherchée ailleurs, car aucun des 22 chevaux eurasiatiques analysés par l’équipe (couvrant les 4100 dernières années) n'est apparenté à ceux de Botai. Les chercheurs se concentrent actuellement sur d’autres sites candidats, en Asie centrale mais aussi dans les steppes pontiques du sud de la Russie, en Anatolie et dans différents « refuges » au cœur de l’Europe.

Ce travail a été financé par l'ERC (PEGASUS #681605), le Villum Fonden miGENEPI, le Danish Council for Independent Research, Natural Sciences (4002-00152B), et les initiatives d’excellence Chaires d’attractivité, Université de Toulouse (OURASI). Il a impliqué 47 chercheurs représentant 28 institutions.

Pour lire l'intégralité de cet article, vois le site du CNRS.

Dates
le 23 février 2018

Date de mise à jour 23 février 2018


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11