Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
17 déc.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Recherche

Comment les poissons interagissent et coordonnent leurs déplacements dans un banc

Résultat de recherche

Les mécanismes qui gouvernent les déplacements collectifs de bancs de poissons, de nuées d’oiseaux ou de troupeaux de mammifères restent encore mystérieux. Comment les individus interagissent-ils au sein de ces groupes pour coordonner leurs mouvements et quels types d'informations utilisent-ils pour cela ? Des chercheurs du Centre de recherches sur la cognition animale et du Laboratoire de physique théorique, en collaboration avec des équipes du Centre des sciences de la complexité de Bristol, de l'Université de Roehampton à Londres et de l'Université Normale à Pékin, ont étudié comment des poissons s'influencent mutuellement lorsqu’ils effectuent collectivement des changements spontanés de direction. Les résultats publiés le 21 novembre 2017 dans la revue Plos Computational Biology, montrent que pour coordonner leurs déplacements les poissons interagissent avec un petit nombre de leurs voisins et changent régulièrement les individus sur lesquels ils portent leur attention.

© Guy Theraulaz

© Guy Theraulaz

Les déplacements collectifs de groupes d’animaux constituent un des phénomènes les plus spectaculaires observés dans la nature. Ces mouvements collectifs résultent d’interactions locales entre les individus et s’accompagnent de la formation de structures spatiales et temporelles à grande échelle. Ces comportements collectifs jouent un rôle fondamental dans la défense du groupe, améliorant ainsi la capacité de survie des individus. Pour comprendre les propriétés de ces mouvements collectifs, il est important de caractériser la dynamique des interactions entre individus. Pour cela les chercheurs ont étudié une espèce de petit poisson tropical le nez rouge (Hemigrammus rhodostomus) dont le comportement de nage en banc est très prononcé. Les déplacements de chaque individu dans un groupe étaient suivis automatiquement au moyen d’un logiciel. Pour caractériser la dynamique des interactions entre les poissons lorsqu’ils changent collectivement de direction, les chercheurs ont développé un algorithme qui analyse les trajectoires individuelles et détermine pour chaque poisson et à chaque instant quels sont parmi ses voisins ceux qui influencent son déplacement.

Ces expériences ont montré que lorsqu’un groupe de poissons change de direction, les individus alternent des phases au cours desquelles ils copient la direction de déplacement d’un ou parfois deux voisins simultanément, et des phases au cours desquelles ils se déplacent sans être influencés par leurs voisins. Pour coordonner leurs nages et prendre collectivement des décisions, chaque poisson ajuste donc ses déplacements sur un très petit nombre de ses voisins et change régulièrement l’attention qu’il porte aux autres poissons situés dans leur voisinage. L’analyse permet ainsi de retracer comment le changement de comportement d’un des membres du groupe se propage aux autres individus et détermine les changements collectifs de la direction du déplacement du groupe.

La compréhension des mécanismes de traitement collectif de l’information chez les animaux vivant en groupe ou en sociétés plus organisées comme les insectes sociaux, ouvre des perspectives pour le développement d’algorithmes bio-inspirés permettant le contrôle distribué de systèmes artificiels comme des essaims de drones, qui pourraient être de plus en plus fréquemment utilisés pour des opérations de surveillance et de sauvetage.

Pour lire l'intégralité de cet article, voir le site de l'institut des sciences biologiques du CNRS.

Dates
le 30 novembre 2017

Date de mise à jour 30 novembre 2017


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11