Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
20 nov.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

A la découverte des labos

Comment se forment les nouveaux souvenirs

Actualité

Comprendre la manière dont se forment les souvenirs est un enjeu scientifique important, avec un impact potentiel en matière d’éducation comme de santé. Mais on en sait encore peu sur ce qui se passe chez les humains à l’échelle microscopique des neurones, car de telles recherches nécessitent d’implanter des électrodes au cœur du cerveau. Des interventions tout sauf anodines. C’est cette difficulté qui donne tout leur prix aux travaux pionniers menés par Leila Reddy et son équipe, du Centre de Recherche Cerveau et Cognition (CerCo).

Impossible d’étudier le comportement individuel des neurones sans implanter des électrodes au plus profond du cerveau en traversant la boîte crânienne. Ces recherches ne sont donc envisageables sur l’homme que lorsqu’une thérapeutique rend nécessaire de telles interventions audacieuses. Leila Reddy a pu collaborer dans cette optique avec un service de soins aux personnes épileptiques de l’hôpital libre d’Amsterdam.

Dans ce cadre, en lien avec l’équipe de Pieter Roelfsema de l’Institut néerlandais de neurosciences, elle a pu tester  la manière dont les neurones des patients réagissaient à des associations répétées d’images. Objectif : étudier ainsi comment les nouveaux souvenirs s’encodent à échelle microscopique.

« Nous avons montré que si un patient associait deux images et qu’on les lui présentait à plusieurs reprises, les neurones qui réagissaient au départ à la première image, réagissaient également à la seconde après un temps d’apprentissage de quelques minutes seulement », explique Leila Reddy. Ces résultats, publiés par la revue Nature Communication, révèlent comment des informations déjà apprises peuvent faciliter par association l’apprentissage de nouvelles données.

« Des expérimentations de ce type avaient été menées chez le rat ou le singe, mais très peu avec des personnes humaines. Des chercheurs de l’hôpital Pierre Paul Riquet à Toulouse souhaitent aller plus loin dans cette voie ces prochaines années en enregistrant ainsi le fonctionnement des neurones humains, avec une résolution très fine et des protocoles contrôlés. Il faut pour cela utiliser des électrodes très petites, plus petites que celles utilisées d’ordinaire pour soigner les patients épileptiques », expose la chercheuse.

Ces recherches fondamentales permettront peut-être à long terme de mieux lutter contre les maladies neurodégénératives avec perte de mémoire, telles la maladie d’Alzheimer.
 
 
  • Pour en savoir plus

Le site internet du CerCo (Unité mixte de recherche CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier)
Une présentation des travaux de Leila Reddy sur le site internet de l’Institut des sciences biologiques du CNRS

Dates
le 16 décembre 2015

Date de mise à jour 25 janvier 2017


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11