Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
22 oct.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

A la découverte des labos

Inventer le campus du futur

Actualité

Améliorer la vie quotidienne des universitaires tout en diminuant l’empreinte écologique et les coûts de fonctionnement des campus, tel fut le défi lancé en juin 2013 par les initiateurs de l’opération neOCampus. Objectif : concevoir et tester à l’université Toulouse III – Paul Sabatier des innovations susceptibles d’être utilisées à large échelle. Deux ans après son lancement, les projets foisonnent et témoignent de la mobilisation des scientifiques pour un campus plus connecté et durable.

« Le projet neOCampus a suscité une forte adhésion. 70 chercheurs permanents de l’université sont directement impliqués, issus de 11 laboratoires différents, avec des spécialités très diverses, de l’automatique à la biologie en passant par la sociologie, les mathématiques ou la physique. Une dizaine de projets de recherche ont été menés sous leur responsabilité par des étudiants de Master 2. Treize thèses de doctorat sont également en cours », explique Marie-Pierre Gleizes, professeure à l’université, effectuant ses recherches à l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse et chargée de mission pour neOCampus.

Il s’agit pour les chercheurs d’imaginer des méthodes nouvelles pour diminuer les dépenses notamment énergétiques tout en améliorant le service rendu aux usagers.
Optimiser le système d’éclairage intérieur grâce à des Leds, trouver des solutions pour alimenter en énergie les centres de calcul avec des sources renouvelables, utiliser des matériaux à base de chanvre pour des bâtiments plus sains et économes,…  Les recherches sont très diversifiées ; parfois très appliquées, parfois plus exploratoires.

Quels liens le degré de luminosité d’une salle a-t-il à voir avec le niveau sonore qui y règne, s’interroge par exemple Marie-Pierre Gleizes. Sociologues, informaticiens et énergéticiens coopèrent pour étudier le comportement des usagers. Suivis en permanence par des capteurs, leurs moindres gestes sont analysés par des spécialistes en sciences humaines, en énergie. Il s’agit de comprendre la logique de leurs actes pour proposer des innovations dont ils voudront s’emparer.

Un campus est une sorte de fourmilière, animée par des mouvements incessants, un système complexe que les équipes tentent de modéliser. On cherche à donner forme à ce ballet, à suivre aussi le parcours des individus. François-Xavier Decroix par exemple va soutenir sa thèse dans les prochains mois. Il cherche à agréger des données fournies par des caméras (image) et des micros (son) pour attribuer des signatures visuelles et auditives aux individus et pouvoir visualiser leur circulation, y compris lorsqu’ils se trouvent au sein de groupes. 

Une plateforme d’expérimentation, avec trois salles instrumentées, va permettre de tester des innovations dans les prochains mois en collaboration avec le service de Gestion et d’Exploitation de la chancellerie des Universités et le service des Etudes et Constructions, pour analyser leur impact avant de les déployer.

Les deux prochains chantiers importants pour neOCampus concernent la mise en place de conventions pour collaborer avec les entreprises notamment les start-ups et l’open data.

 
  • Pour aller plus loin
Le site internet du projet neOCampus

Dates
le 7 juillet 2016

Date de mise à jour 25 janvier 2017


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11