Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
23 oct.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Recherche

L'Amazone inversé au Crétacé

Résultat de recherche

L’Amazone peut être considéré comme un fleuve andin puisqu’il prend sa source dans les Andes et que 95% des matières en suspensions exportées par l’Amazone à l’Océan Atlantique proviennent de l’érosion de cette chaîne de montagnes. La géodynamique andine contrôle le réseau de drainage de l'Amazone depuis au moins 11 millions d'années. Avant cette époque, la configuration du réseau de drainage et les facteurs le contrôlant restent peu contraints. Une équipe franco-brésilienne de géologues, paléontologues et géochimistes du laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET – CNRS/CNES/IRD/UT3 Paul Sabatier), de l’Université de Brasilia (Brésil) et de l’Institut des sciences de l’évolution Montpellier (ISEM – Université de Montpellier, CNRS, IRD, EPHE, CIRAD, INRAP) ont montré qu’au cours du Crétacé le réseau de drainage amazonien était inversé par rapport à celui d’aujourd’hui.

Cette équipe internationale a cherché à reconstruire les anciens réseaux de drainage amazoniens par l'acquisition de nouvelles données de provenance des sédiments du bassin amazonien péruvien (datations U-Pb sur zircons et isotopes Sr-Nd sur sédiments). Ils ont révélé des changements majeurs dans l’orientation du drainage amazonien entre le Jurassique (~ -201- -145 Ma) et l’Eocène (~56-33 Ma). En particulier, au cours du Crétacé (~110-69 Ma), le réseau de drainage amazonien était inversé par rapport à celui d’aujourd’hui, prenant sa source dans la partie orientale du craton brésilien et guyanais pour se jeter dans la mer intérieure amazonienne située au pied des Andes. Ainsi, la configuration de ce réseau résulte de la surrection (soulèvement lent et progressif d'une zone de l'écorce terrestre) et l'érosion de la partie orientale des cratons brésilien et guyanais, contrôlées par l’ouverture de l’océan atlantique équatoriale.

Au Maastrichtien supérieur - Paléocène inférieur (~69-62 Ma), la surrection des Andes amazoniennes péruviennes engendre la disparition de ce réseau de drainage cratonique ancien comme en atteste l’arrivée des premiers sédiments d’origine andine dans le bassin amazonien. Les réseaux de drainage amazoniens andins actuels ne sont donc pas plus vieux que le Maastrichtien supérieur (69-65 Ma).
 

Reconstitutions paléogéographiques de l’Amazonie entre l’Albien et l’Eocène
(copyright Elsevier- Gondwana Research)

 

Référence :
Christian Hurtado, Martin Roddaz, Roberto Ventura Santos, Patrice Baby, Pierre-Olivier Antoine and Elton Luiz Dantas, Cretaceous-early Paleocene drainage shift of Amazonian rivers driven by Equatorial Atlantic Ocean opening and Andean uplift as deduced from the provenance of northern Peruvian sedimentary rocks (Huallaga basin). Gondwana Research / https://doi.org/10.1016/j.gr.2018.05.012

Contact : martin.roddaz@get.omp.eu
 


Dates
le 18 juillet 2018

Date de mise à jour 18 juillet 2018


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11