Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
23 juin

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Recherche

La structure mécanique de l’ADN résiste à la température

Résultat de recherche

Découvrez les derniers travaux de recherche dirigés par Catherine Tardin, enseignante-chercheure à l’université Toulouse III – Paul Sabatier et à l’Institut de pharmacologie et biologie structurale (IPBS - CNRS / UT3 Paul Sabatier) répondant à une question extrêmement débattue ces dernières années : la température a-t-elle un effet sur la stabilité mécanique de l’ADN avant dénaturation ?

Des processus biologiques dont l’ADN est le siège, comme la transcription, sont-ils facilités par la dénaturation locale et spontanée de la molécule double brin ? Cette question fait actuellement l’objet de débats, notamment dans le domaine des études sur molécules isolées individuelles.

Par une analyse rigoureuse des données « molécule unique » obtenues par la parallélisation de la technique de Tethered Particle Motion (TPM) des chercheuses de l’IPBS ont montré qu’avant dénaturation complète de l’ADN, la température modifie ses fluctuations thermiques sans induire d’ouverture de l’ADN sur quelques paires de bases, stable dans le temps. Cette étude, menée en collaboration avec des chercheuses et chercheurs du Laboratoire de physique théorique (LPT – CNRS / UT3 Paul Sabatier) et du Laboratoire de microbiologie et génétique moléculaire (LMGM – CNRS / UT3 Paul Sabatier, est publiée dans le numéro du 23 Décembre 2017 de la revue Nucleic Acids Research.
 

Figure :
Influence de la température sur (A) le signal TPM et sur (B) la longueur caractéristique des fluctuations de l’ADN, notée Lp, proportionnelle à la rigidité de l’ADN. Ces mesures (points colorés) sont données pour trois molécules d’ADN linéaires d’environ 2 kbp ayant des séquences distinctes. Si le signal TPM décroît nettement avec la température, la longueur de fluctuation qui en est extraite dépend peu de la température ce qui correspond au cas d’un ADN conservant une rigidité constante. La dépendance forte observée par d’autres groupes (points noirs et gris) résulte, en fait, d’une analyse incomplète des données TPM.

Référence : Brunet,A., Salomé,L., Rousseau,P., Destainville,N., Manghi,M. and Tardin,C. (2017) How does temperature impact the conformation of single DNA molecules below melting temperature? Nucleic Acids Res., 10.1093/nar/gkx1285.

Contact : catherine.tardin@ipbs.fr

Dates
le 21 février 2018

Date de mise à jour 22 février 2018


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11