Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
18 nov.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Recherche

Nanoparticule de platine et molécule fonctionnalisée : un couplage bénéfique pour la nanoélectronique

Résultat de recherche

Des chercheurs du Laboratoire de physique et chimie des nano-objets, du Laboratoire de chimie de coordination et du Centre inter-universitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux ont réalisé de nouveaux auto-assemblages de nanoparticules de platine ultra-petites, en les liant par des molécules fonctionnalisés. Ces travaux sont publiés dans la revue Materials Horizons.

L’auto-assemblage de nanoparticules métalliques opéré par des molécules est une technique efficace pour structurer la matière à l’échelle nanométrique. Contrôler les propriétés électroniques de ces auto-assemblages peut ouvrir la porte au développement de nouveaux matériaux, des condensateurs par exemple, pour la nanoélectronique. La synthèse contrôlée de systèmes robustes et la mesure fine de leurs propriétés électriques sont des premières étapes nécessaires avant d’envisager leur utilisation dans des dispositifs en nanoélectronique.

Des chercheurs du Laboratoire de physique et chimie des nano-objets (CNRS/INSA/Université de Toulouse), du Laboratoire de chimie de coordination (CNRS) et du Centre inter-universitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux (CNRS/INSA/Université de Toulouse) ont réalisé de nouveaux auto-assemblages de nanoparticules de platine ultra-petites, en les liant par des molécules fonctionnalisés. Ils ont montré que les propriétés électroniques de ces assemblages pouvaient être contrôlées par de légères modifications de leurs constituants (nanoparticules et molécules). Ils ont également observé que c’est plus particulièrement la nature des molécules qui permet de contrôler la charge des nanoparticules, c’est-à-dire leur propriété électronique. Se comportant comme des condensateurs dont on peut contrôler, et donc moduler, les propriétés à une échelle nanométrique, ces systèmes pourraient potentiellement être de bons candidats pour être intégrés dans des dispositifs électroniques.

Ces travaux sont publiés dans la revue Materials Horizons.

Pour lire l'intégralité de cet article, voir le site de l'institut de chimie du CNRS.

Dates
le 4 septembre 2017

Date de mise à jour 4 septembre 2017


Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11