Master parcours Gestion de la biodiversité

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

Site de la formation
Secrétariat pédagogique
M1 BEE-Ecologie
CALVAIRE Veronique
veronique.calvaire@univ-tlse3.fr
+3 35 61 55 89

M2 BEE-GBI
CALVAIRE Veronique
veronique.calvaire@univ-tlse3.fr
+3 35 61 55 89
Contacts internationaux
GAMBOA Fabrice
fabrice.gamboa@math.univ-toulouse.fr
Contacts formation continue
CRESSAULT Yann
fsi-contact.formation-continue@univ-tlse3.fr

Détails

Infos clés

Lieu(x) des enseignements

  • Toulouse - 118 rte de Narbonne

  • Basés à l'UT3 avec ponctuellement des ateliers et séminaires délocalisés en région ainsi qu'une semaine de terrain dédiée aux échanges avec des acteurs régionaux de la Biodiversité.

Niveau d'admission

  • Bac + 3

Niveau de sortie

  • Bac + 5 (Niveau I)

Langue(s) d'enseignement

  • Français

Stage(s)

Oui, obligatoire(s)

Composante

Les +

Domaine(s) de compétence

  • Sciences du vivant
  • Environnement

Aménagement(s)

  • Etudiant en situation de handicap
  • Etudiant entrepreneur
  • Etudiant salarié
  • Sportif et Artiste de haut niveau

Débouchés professionnels

Secteurs d'activité
Administration publique, Agriculture (production végétale et élevage), Environnement, Formation enseignement
Projet(s) tutoré(s)
Oui, obligatoire(s)
Métiers
  • A1204 - Protection du patrimoine naturel
  • A1303 - Ingénierie en agriculture et environnement naturel
  • K1404 - Mise en oeuvre et pilotage de la politique des pouvoirs publics
  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant

Présentation de la formation

Objectif
Le master « Gestion de la Biodiversité » forme aux métiers de la préservation et de la restauration des espaces naturels , des faunes et flores sauvages . Il permet d'acquérir les compétences scientifiques requises pour étudier et inventorier la biodiversité, caractériser une population, évaluer un état de conservation, proposer une stratégie de conservation/restauration biologiquement, écologiquement et socialement acceptable .

Points forts de la formation
  • Formation appliquée à la conservation et la gestion des espèces et espaces naturels, incluse dans un parcours scientifique en écologie appliquée
  • Approfondissement des compétences en stratégies d'inventaires, de caractérisation /suivi des populations (animales et végétales) et de définition/hiérarchisation des enjeux, propositions d'actions concertées
  • Diversité de modalités pédagogiques : séminaire d'étude de pratiques de gestion, très forte implication des acteurs de la biodiversité et de chercheurs, projet de promotion en réponse à une demande de professionnels, important travail de groupes et nombreux ateliers de terrain
Contenu de la formation
Le parcours GBI est articulé autour de 4 semestres à 30 ECTS chacun, les 3 premiers assurés par l'équipe pédagogique (enseignants, chercheurs et professionnels) et le 4e occupé majoritairement par un stage long. L'année de M2 développe les connaissances académiques en écologie appliquée, en analyse de données et dans l'utilisation des outils numériques. Elle aboutit à une spécialisation dans le domaine de la gestion conservatoire des espèces et espaces et à des compétences approfondies d'analyse et suivi de populations conduisant au diagnostic écologique.
Le M2 Gestion de la Biodiversité accorde une place équilibrée à la démarche scientifique développée à travers un recours à la bibliographie spécialisée, la mobilisation d'outils spécialisés (logiciels, instruments de mesures…) et l'acquisition de compétences naturalistes. La participation de chercheurs et enseignants chercheurs français et étrangers ainsi que de professionnels de la gestion de la Biodiversité assure cet équilibre. La participation aux séminaires organisés par les laboratoires et structures naturalistes est encouragée.

Site web propre du master :
http://www.master-ecologie.ups-tlse.fr/

Statistiques

Effectifs
  • M1 : promotion de 160 à 180 étudiants, distribués dans 9 parcours, dont le choix peut changer au moment de la candidature en M2 en fonction de la maturation du projet professionnel au cours de l'année de M1 et des résultats dans les UE déterminantes pour un parcours.
  • M2 : 16 étudiants.
Taux de réussite
  • M1 : 75%.
  • M2 : Environ 100% (l'encadrement étroit des étudiants en petites promotions permet de réduire le taux d'échec à moins de 1 cas par an en moyenne).
Flux latéraux
  • M1 : 50%.
  • M2 : 25%.

Connaissances

Master 1 :
  • Socle fondamental en écologie fonctionnelle et évolutive (enseignements obligatoires de M1).
  • Approfondissement sur la structure, le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes, la dynamique et la génétique des populations, la systématique, la biologie de la conservation, les SIG et l'analyse de données/modélisation (selon les UE choisies en M1).

Master 2 :
  • Caractérisation et suivi de populations et d'habitats ; diagnostics écologiques, définition des enjeux ; bases de données, modélisation.
  • Rôles et interactions des acteurs et structures de la gestion conservatoire.
  • Kit de réussite pour l'insertion dans le milieu professionnel (économie, gestion, droit, sociologie, etc.).

Lieu(x) des enseignements

Toulouse - 118 rte de Narbonne

Responsable(s) de la formation

Responsable(s) de la formation
M1 BEE-Ecologie
FERDY Jean-Baptiste
Jean-Baptiste.Ferdy@univ-tlse3.fr

LOOT Geraldine
geraldine.loot@univ-tlse3.fr

M2 BEE-GBI
BURRUS Monique
monique.burrus@univ-tlse3.fr

PELOZUELO Laurent
laurent.pelozuelo@univ-tlse3.fr

Partenariats

Laboratoires

Le parcours GBI s'appuie tout particulièrement sur les laboratoires EcoLab et EDB mais également sur les autres laboratoires d'écologie du site toulousain (Cesbio, CEFS).

Entreprises

Bureaux d'études (Asconit, Biotope, Ecotone, MAD environnement, etc.), services de l'Etat et collectivités (DREAL, etc.), en particulier dans le cadre des projets et des études de cas, ainsi que des partages d'expériences.

Admission

Pré-requis

Niveau(x) de recrutement

Bac + 3

Formation(s) requise(s)

Parcours type pour l'accès au master BEE parcours GBI : licence BOPE ou équivalent.
Pour l'accès en M2 : M1 écologie ou équivalent ; éventuellement, M1 en sciences de l'environnement ou M1 de géographie ou Ecole d'ingénieur avec pré-requis en SIG, écologie et /ou biologie de la conservation et disposant de solides connaissances/compétences naturalistes.

Pré-requis :
pour l'accès en M1 : biologie/écologie quantitative, écologie évolutive, bases en écologie générale
pour l'accès en M2 : minimum 60h biologie de la conservation, écologie et 30h de SIG ; compétences naturalistes fortes

Ouvert à la Validation des Acquis pour des candidats ayant de solides connaissances naturalistes en plus d'une expérience de chargé d'études ou de mission biodiversité/environnement, ingénieur d'études, animateur territorial.

Modalités de candidature

Les formations de Master sont ouvertes aux titulaires des diplômes sanctionnant les études du premier cycle (180 ECTS) ou équivalent et dans un domaine d’études correspondant. L’admission est prononcée à l’issue d’une procédure de sélection et en fonction des capacités d’accueil définies par l’établissement. Le dépôt des candidatures doit être effectué sur le site e-candidat (voir Candidater).

Programme

Stage fortement recommandé en M1 :
Deux mois minimum, sujet en relation avec la biodiversité au sens large ; tous les types de structures sont envisageables.

Stage obligatoire en M2 :
  • Durée
Au S10, période d'immersion longue (entre 5 et 6 mois à temps plein) en milieu professionnel ou dans une unité de recherche, en réponse à un cahier des charges fourni par la structure d'accueil (mars - août en général). En lien avec une problématique de biologie de la conservation ou de gestion de la biodiversité.
  • Structures d'accueil
Très large panel de structures d'accueil : bureaux d'études en environnement, collectivités territoriales (syndicats de rivière, communautés de communes et grandes agglomérations, syndicats inter-communaux…), parcs nationaux et réserves naturelles, services de l'Etat et Offices nationaux (DREAL, ONCFS, ONEMA…), associations naturalistes et organisations non gouvernementales, fédérations départementales ou régionales de chasse ou pêche), laboratoires de recherches (CNRS, IRSTEA, Universités, INRA...).
France et étranger
  • Modalités
Le sujet doit être validé par l'équipe pédagogique qui juge de sa pertinence, sur la base du projet professionnel de l'étudiant et des finalités de la formation. Chaque étudiant est suivi par un tuteur pédagogique universitaire qui veille au bon déroulement du projet de l'étudiant.
Ce stage donne lieu à une convention entre l'université et la structure d'accueil et fait l'objet d'un rapport écrit et d'une soutenance devant un jury.

Non

Apprentissage par projets de groupes selon diverses modalités en M1 et en M2 : études de cas, projets, diagnostic socio-écologique, rédaction de plan de gestion. Ces travaux s'effectuent en groupes (3 à 5 étudiants) et donnent lieu à des restitutions écrites et orales.

Au delà des apports de connaissances thématiques, ces projets sont destinés à une pré-professionnalisation qui développe des compétences en travail collaboratif, gestion de projet, recherche informationnelle, gestion de données et production de connaissances, et communication. Ces travaux mobilisent largement l'usage des outils numériques.

Méthodes et moyens pédagogiques utilisés

  • Ecole d'été à la rencontre des acteurs de la Biodiversité (1 semaine) : TP terrain dédié aux échanges avec des gestionnaires sur leurs sites, ateliers terrain et séminaires en salle.
  • Participation à des colloques et journées techniques (selon opportunités) et aide logistique.
  • Ateliers de terrain sur 3 thèmes : Etude de la biodiversité (Etablir un diagnostic écologique, rédiger un plan de gestion) ; Animation Biodiversité en bibliothèque municipale (Concevoir et mettre en place des animations grand public, exposition et conférence) ; Mise en valeur et promotion d'une action en faveur de la Biodiversité.
  • Nombreux travaux de groupes (projet de promotion, études de cas).
  • Partage d'expériences de nombreux professionnels et acteurs la biodiversité.
  • Base d'enseignements académiques classiques.

Et après ?

Compétences

  • Concevoir, construire, animer des programmes de gestion pour assurer la préservation des enjeux.
  • Développer des projets de gestion d'espaces naturels dans le respect de la législation et des procédures en vue de préconiser des solutions pour éviter, réduire ou compenser leurs impacts.
  • Identifier méthodes et outils d'échantillonnage et suivi (faune, flore, habitats) pour évaluer/hiérarchiser les enjeux associés etfonder un diagnostic écologique.
  • Concevoir, proposer et mettre en œuvre des projets de recherche en conservation .
  • Interpréter, mettre en forme et en perspective des résultats d'étude pour valoriser et diffuser les connaissances acquises.
  • Développer, produire des bases de données naturalistes/environnementales et les exploiter dans une démarche statistique, afin d'en extraire les éléments pertinents pour la prise de décision.
  • Communiquer avec les acteurs en prenant en compte leurs attentes et contraintes et adaptant ses supports et sa communication.
  • Construire des outils de sensibilisation/éducation à l'environnement.
  • Rechercher l'information, la comprendre et la mobiliser pour ancrer sa réflexion et argumenter ses décisions.

Fiche descriptive du parcours type

La fiche descriptive du parcours type (inscrite au Répertoire National de Certification Professionnelle) du diplôme est téléchargeable au format PDF. Elle précise les emplois et compétences, les secteurs d’activités et les modalités d’accès à la certification.
Lien de téléchargement de la fiche descriptive du parcours

Poursuites d'études

À l’UT3

Doctorat d' Ecologie appliquée à la conservation des espèces et espaces naturels , à l'université Toulouse III Paul Sabatier, ou ailleurs. Cependant, la majorité des étudiants diplômés ne souhaite pas poursuivre en doctorat. De plus, il est à signaler qu'un projet de doctorat doit être préparé en amont via le montage d'un dossier de financement CIFRE auprès de l'ANRT.
Ponctuellement, master de gestion de projets pour une double compétence.

Hors UT3

Une petite fraction des étudiants diplômés réalise une poursuite d'études dans le cadre d'une réorientation (vers l'enseignement, vers les écoles d'ingénieur en agriculture/agronomie).

Débouchés professionnels

Secteur(s) d’activité(s)

Les diplômés sont recrutés dans des structures aussi variées que bureaux d'étude en aménagement ou environnement, associations de protection de la nature, services de l'état/ collectivités territoriales, organismes de recherche.
A01 Culture et production animale, chasse et services annexes
A02 Sylviculture et exploitation forestière
A03 Pêche et aquaculture
M72 Recherche – développement scientifique
O84 Administration générale, économique et sociale
R91 Bibliothèques, archives, musées et autres activités culturelles
S94 Activités des autres organisations associatives
U99 Activités des organisations et organismes extraterritoriaux

Métiers

- Ecologue.
- Chargé d'étude.
- Chargé de mission.
- Ingénieur d'études.
- Chargé de projet.
- Animateur Natura 2000.
- Médiateur.

Exemples contextualisés : chargé de mission ornithologie, chiroptérologue, botaniste, chargé de mission environnement, chargé d'études biodiversité, chargé d'études naturaliste et conservation du patrimoine, chargé d'étude évaluation environnementale, animateur SAGE, animateur Natura 2000.

Devenir des diplômés

Enquête OVE

Interrogés 30 mois après l’obtention de leur diplôme, les diplômés répondent à des questions concernant notamment leur premier emploi et leur situation actuelle (emploi, poursuite d’études, etc.).
Téléchargez les résultats