Master Electronique, énergie éléctrique, automatique Parcours ÉLECTRONIQUE DES SYSTÈMES EMBARQUÉS ET TÉLÉCOMMUNICATIONS

Accéder aux sections de la fiche

Call to actions

M1 EEA-ESET
LOPES D'ANDRADE Marilyne
marilyne.lopes-dandrade@univ-tlse3.fr

M2 EEA-ESET
BERMUDES Catherine
catherine.bermudes@univ-tlse3.fr
+3 35 61 55 62

Détails

Présentation de la formation

L'électronique est aujourd'hui l'un des secteurs essentiels de l'économie mondiale à l'origine ou contribuant à de nombreux domaines innovants, comme notamment ceux de l'informatique, des systèmes embarqués et des télécommunications. Elle est donc de plus en plus présente dans la majeure partie des objets de la vie courante sous des formes très diverses. Cette discipline couvre l'analyse et la conception des composants, circuits et systèmes ainsi que la co-intégration matériel/logiciel pour la réalisation du contrôle, de la commande, du calcul et de l'interface dans le cas des systèmes complexes.
L'objectif du parcours ESET est de former des cadres scientifiques (ingénieurs et/ou chercheurs) spécialistes dans l'analyse et la conception de systèmes électroniques dédiés aux applications embarquées, notamment spatiales, et aux télécommunications. Les connaissances acquises permettent la compréhension et le développement de dispositifs sur plusieurs niveaux de description allant de la puce électronique au système. La formation permet d'appréhender les spécificités des systèmes embarqués comme la gestion de l'énergie, la compatibilité électromagnétique entre les différents éléments et les aspects de transmissions de données. L'interaction avec le logiciel, bas niveau, bien qu'il ne fasse partie de la priorité de la formation, est aussi abordée car son étude est nécessaire pour s'imprégner de la complexité du système embarqué. Durant ces deux années les étudiants sont amenés à travailler sur un projet pédagogique centré sur la conception de la charge utile et d'autres composants d'un nanosatellite ou « cubesat », en collaboration avec d'autres établissements et partenaires industriels Toulousains. Ce système embarqué par excellence est repris comme plateforme applicative dans de nombreux cours de la formation. Il fait aussi l'objet d'une unité d'enseignement spécifique de la seconde année. Le parcours propose au cours de cette dernière année 3 blocs de spécialisation en circuits numériques (NUM), micro et nano technologies (MINA), opto-microonde et électromagnétisme (OMI).

Enfin, la licence EEA et le master EEA sont labellisés Cursus Master en Ingénierie (CMI). Le CMI propose une nouvelle voie vers le métier d'ingénieur (voir rubrique Description label plus loin).

Lieux des enseignements
La plupart des enseignements sont donnés sur le campus de Paul Sabatier. Certains bureaux d'études se passent à l'Atelier Interuniversitaire de Micro-nano Électronique (INSA) et au LAAS-CNRS
Certifications complémentaires
C2i-MI (Certificat Informatique et Internet – Métiers de l'Ingénieur) pour le CMI

Labels

Formation en 5 ans préparant au métier d'ingénieur, le CMI est un cursus exigeant, renforçant une Licence et un Master, validé par un label national. Adossé à une structure de recherche et très orienté vers l'innovation, il privilégie des activités de mise en situation étroitement liées aux laboratoires de recherche et entreprises partenaires. Ainsi formés aux problématiques actuelles et à venir des entreprises les diplômés s'adaptent facilement et sont très compétitifs sur le marché du travail.

Statistiques

Les taux de réussite sont en moyenne les suivants :
- 70 % pour le master 1 ;
- 90 % pour le master 2.

Les flux d'entrée latéraux (autres universités, écoles d'ingénieurs, étudiants étrangers) sont en moyenne les suivants :
- 30 % en master 1 ;
- 15 % en master 2.

La durée moyenne de recherche d'emploi des diplômés est courte : entre 2 et 4 mois . Comme il s'agit d'une moyenne, certains trouvent leur emploi plus tard (parfois après avoir pris un peu de repos) et d'autres sont embauchés directement à l'issue de leur stage en entreprise, parfois dans l'entreprise elle-même. Le résultat des enquêtes sur le devenir des diplômés effectuées par l'Université sont accessibles ici : http://www.univ-tlse3.fr/devenir-des-diplomes/

Aménagements et Labels

  • Systèmes électroniques non-linéaires
  • Conception de circuits analogiques
  • Systèmes de transmission radiofréquences
  • Technologie, modélisation et conception des composants électroniques
  • Composants de puissance
  • Problématiques des systèmes embarqués
  • Composants, circuits et antennes hyperfréquences
  • Propagation optoélectronique et hyperfréquence
  • Circuits opto-hyperfréquences
  • Fonctionnement et technologie des lasers :
  • Electronique, outils et langages de description des circuits intégrés numériques
  • Microcontroleurs (Arduino) et FPGA
  • Technologie des capteurs
  • Electronique pour le spatial
  • Synthèse de fréquence
  • Systèmes électroniques : Fiabilité, Compatibilité Electromagnétique, ESD
  • Nanosatellitte (Electronique, charge utile, gestion de projet)

Site(s) géographiques

Toulouse - 118 rte de Narbonne

Responsable(s) de la formation

M1 EEA-ESET
VIALLON Christophe
cviallon@laas.fr

M2 EEA-ESET
TAKACS Alexandru
atakacs@laas.fr

TARTARIN Jean-Guy
tartarin@laas.fr

Partenariats

Laboratoires

Le parcours ESET s'adosse à deux grands laboratoires de la région toulousaine, le LAAS et le LAPLACE, dont de nombreuses thématiques de recherche sont dans le périmètre de la formation. De nombreux chercheurs et enseignants-chercheurs interviennent dans le diplôme. Ces laboratoires proposent tous les ans des sujets de stages pour les étudiants de deuxième année, ainsi que des sujets de stages facultatifs ou des travaux d'études et de recherche (TER) aux étudiants de la première année.

Entreprises

La formation fait appel à des industriels (Thales, Airbus, On Semiconductor..) ou des ingénieurs de centre de recherche (CNES) pour intervenir lors de cours ou séminaires sur des thématiques spécifiques. Leurs compétences complétent celles de l'équipe pédagogique universitaire. Le partage de leur expérience professionnelle avec les étudiants peut favoriser l'intégration de ces derniers dans le monde de l'entreprise.

Admission

Pré-requis

Niveau(x) de recrutement

Bac + 3

Formation(s) requise(s)

Pour l'entrée en M1 :
  • Le master 1 EEA ESET s'inscrit dans la continuité des enseignements dispensés en Licence EEA de l'université Paul Sabatier, mais il n'y a pas d'accès de plein droit en Master 1 EEA : tous les étudiants ayant acquis un niveau de licence peuvent présenter leur candidature.
  • Les étudiants étrangers titulaires d'un diplôme étranger doivent se renseigner pour utiliser la démarche de candidature qui leur est adaptée (Etude en France, ...).
  • Dans tous les cas, une commission de recrutement statue sur les candidatures et prononce les admissions.
Pour l'entrée en M2 :
  • Les étudiants titulaires de la première année du M1 EEA ESET de l'université Paul Sabatier sont admis de plein droit en M2 et doivent procéder à leur réinscription suivant les modalités de l'université. Les affectations dans les blocs se font par ordre de mérite en prenant en compte les capacités d'accueil et l'ordre des choix des étudiants.
  • Les étudiants titulaires d'un autre M1 de l'université Paul Sabatier ou d'un M1 (ou équivalent) d'un autre établissement français doivent déposer leur candidature sur le site web de l'université.
  • Les étudiants étrangers titulaires d'un diplôme étranger doivent se renseigner pour utiliser la démarche de candidature qui leur est adaptée (Etude en France, ...).
Pour les flux entrants, de bonnes compétences acquises dans le domaine de l' électronique analogique et les hyperfréquences sont impératives.

L'enjambement sur les 2 années du master n'est pas possible.

Programme

Un stage est possible en fin de la première année 1 (Juin-Aout) mais il est facultatif. Il est vivement conseillé pour orienter les choix de l'étudiant dans leur projet professionnel. Il peut aussi permettre à l'étudiant de s'impliquer dans le projet nanosatellite de la formation.

Le stage est obligatoire en deuxième année pour valider le master. D'une durée de 6 mois il peut être effectué en milieu industriel ou dans un laboratoire de recherche. Les sujets de stage doivent être en cohérence avec les thèmes du tronc commun du master ou du bloc de spécialisation suivi. Les étudiants sont accueillis en stage aussi bien par des grands groupes que des PME/PMI, ainsi qu'au sein de centres de recherche (CNES, CEA, ONERA) et de laboratoires toulousains (LAAS-CNRS, LAPLACE, IRAP), français ou étrangers.
Les attentes de ce stage de fin d'étude sont :
la prépareration à la recherche d'emploi (rédaction de CV, lettre de motivation, entretiens, ...)
l'acquisition d'une première expérience professionnelle
le travail sur des missions scientifiques et techniques au sein d'une entreprise ou d'un laboratoire
Le stage peut déboucher sur un embauche dans l'entreprise ou sur une thèse dans le laboratoire.

Et après ?

Niveau de sortie

Niveau de sortie

Bac + 5 (Niveau I)

Compétences

Compétences générales :
  • Coordonner et gérer un projet d'étude et/ou de recherche
  • Communiquer clairement, en français et en anglais, en utilisant les supports appropriés
  • Questionner et élaborer une thématique, mobiliser les ressources associées
  • Intégrer les aspects organisationnels et humains d'un milieu professionnel
Compétences propres au parcours :
  • Appréhender le fonctionnement et la mise en œuvre des dispositifs à semi-conducteurs
  • Maitriser les fonctions complexes des syst. électroniques
  • Prendre en compte la fiabilité d'un syst. électronique
  • Gérer l'énergie dans un syst. embarqué
  • Maitriser les circuits et les techniques de caractérisations hyperfréquences et optoélectroniques
  • Appréhender la technologie des capteurs et concevoir leur chaine de traitement
Selon le bloc de spécialisation :
  • Concevoir des circuits numériques sur silicium ou FPGA
  • Concevoir des syst. numériques sur puce (SoC)
  • Maitriser les syst. de synthèse de fréquence
  • Concevoir des antennes et des circuits intégrés hyperfréquences
  • Maitriser la conception assistée par ordinateur de microsystèmes et composants
  • Maitriser les étapes de conception de composants microélectroniques

Poursuites d'études

A l'UPS
La poursuite en doctorat est possible, en particulier pour les étudiants ayant effectué leur stage de fin d'étude dans un laboratoire de recherche. Mais il est aussi fréquent que des étudiants en stage dans l'industrie continue en doctorat dans la même entreprise en contrat CIFRE.

Pour plus d'information sur la poursuite en thèse sur le site Toulousain, visiter le site web de l'école doctorale GEET (Génie Electrique, Electronique, Télécommunications : du système au nanosystème) : https://www.adum.fr/as/ed/GEET/

Hors UPS
Des poursuites en doctorat sont possibles dans de nombreux laboratoires de recherche français ou étrangers plus particulièrement sur les thématiques hyper-fréquences, opto-electroniques, micro et nano-technologies.

Débouchés professionnels

Les débouchés professionnels sont étroitement liés avec le tissu industriel régional et national. La formation s'appuie principalement sur le pôle de compétitivité Aéronautique, Espace et Système Embarqués «Aerospace Valley». L'environnement industriel est particulièrement porteur avec les grandes entreprises que sont THALES ALENIA SPACE, AIRBUS et ses sous-traitants, VALEO, THALES, NXP, ON-SEMICONDUCTOR, ST MICROELECTRONICS, ATMEL, CONTINENTAL, ... et aussi avec les PME-PMI. Notons que les débouchés de « l'électronique médicale » sont aussi visés même si ils ne sont pas encore à ce jour vraiment porteurs. En effet les applications médicales touchent désormais à des systèmes électroniques de diagnostics de plus en plus complexes. On peut espérer que l'Oncopole de Toulouse soit prochainement le moteur de nouveaux débouchés.

Secteur(s) d'activité(s)
  • Grandes entreprises et PME-PMI des secteurs Aéronautique, Espace et Automobile
  • Fabriquant des composants électroniques
  • Grands organismes nationaux de recherche en électronique (CNRS, CEA), et applications aux télécommunications spatiales (CNES)
  • Sociétés de services et de conseil
Métiers
  • Ingénieurs en recherche et développement
  • Ingénieur d'études
  • Ingénieur en production
  • Ingénieur en conseil technique
  • Responsable de projet
  • Technologue

Code(s) ROME

Ci-dessous en lien, les fiches métiers du Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois de Pôle Emploi :
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • H1209 - Intervention technique en études et développement électronique
  • H1502 - Management et ingénierie qualité industrielle
  • H2502 - Management et ingénierie de production

Devenir des diplômés

Enquête OVE

Interrogés 30 mois après l’obtention de leur diplôme, les diplômés répondent à des questions concernant notamment leur premier emploi et leur situation actuelle (emploi, poursuite d’études, etc.).
Téléchargez les résultats correspondant aux diplômés des années universitaires 2012-2013 à 2014-2015.