Sommaire du dossier

Ingénieur(e) : un métier, un titre

Le métier de l'ingénieur tel qu’il était défini au XX° siècle  a été largement modifié afin de répondre aux nouvelles exigences du contexte économique et social du XXI siècle.

 

Ingénieur : un métier

Le « métier » désigne  l’activité professionnelle de la personne. Le métier d’ingénieur recouvre des réalités diverses  qui peuvent s’exercer dans des secteurs d’activités très variés.

Pour la  commission des titres d’ingénieur (CTI) l’ingénieur « résout des problèmes de nature technologique, concrets et souvent complexes, liés à la conception, à la réalisation et à la mise en œuvre de produits, de systèmes ou de services ». Cette définition soutend  la maîtrise de connaissance et de compétences de haut niveau qui pourront s’acquérir par différentes voies. Le métier d’ingénieur n’est donc pas réservé aux seuls diplômés des formations habilitées par la CTI. En France, la profession n’est pas réglementée, il n’existe pas d’ordre professionnel des ingénieurs comme il existe par exemple un ordre des  médecins.

 

Ingénieur : un titre

Le « titre » est une désignation académique, il fait référence au type de formation suivie. Le titre d’ingénieur est délivré par les établissements et les formations habilités par  la Commission des Titres d'Ingénieurs CTI. Il est lié à un diplôme d’établissement et non à un diplôme national (comme le master). Ce titre est protégé par la loi, la liste des établissements et des formations habilités à le délivrer est fixée  tous les ans par un texte officiel.

Les étudiants issus de ces formations sont « ingénieurs diplômés ». Ils sont également titulaires du grade de master.



Ingénieur, un métier qui évolue : tendance croissante à l’innovation

On observe la diminution du nombre des ingénieurs à « l’esprit bâtisseur » constructeurs de ponts, d’autoroutes, d’automobiles ou de fusées  au profit de l’innovation technique et scientifique mais aussi des fonctions commerciales et financières. Les principaux  facteurs d’évolution sont :
  • L’apparition  d’un nombre croissant de domaines immatériels (conseil, information technique, maîtrise de systèmes logiques abstraits, sciences de l'organisation),
  • Le développement et l’innovation constante des sciences et des techniques utilisées pour les processus de conception, de mise en œuvre, d'exploitation ou de maintenance,
  • La diversification des fonctions confiées aux ingénieurs,
  • L’augmentation du nombre des ingénieurs sur un même processus  industriel ou de services,
  • La multiplication des interactions avec les spécialistes d’autres «métiers».