Cinq directoires au service de la recherche


La recherche à l'université Toulouse III - Paul Sabatier couvre un spectre très large de thématiques scientifiques.
De l'atome aux exoplanètes, des données de masse à l'oncologie, des sciences humaines et sociales aux ecosystèmes, le spectre de la recherche est vaste et de qualité.
L'université a su impulser l’innovation et relier la recherche et la formation avec les acteurs économiques, sociaux et culturels locaux, nationaux et internationaux.

Les laboratoires ont été rassemblés et organisés selon 5 directoires de recherche :

 

Directoire ACTIHS : activités humaines & sociales

Le directoire ACTIHS rassemble six laboratoires et une structure fédérative sur des thèmes aussi variés que l’intelligence du travail, les recherches en didactique des langues pour spécialistes d’autres disciplines (Lansad), les pratiques corporelles et sportives, l’étude des organisations comme productrices et consommatrices de connaissances. Il regroupe non seulement des sociologues mais aussi des professeurs de langues, des sciences de l’information et de la communication, de la gestion ou encore du droit… tous unis autour de l’étude des activités humaines et sociales et de leur influence sur les débats sociaux.

Directoire BABS : biologie, agronomie, biotechnologie, santé

Regroupant le plus grand nombre de structures de recherche dans le périmètre de l’université, avec vingt-quatre structures de recherche et cinq structures fédératives, le directoire BABS s’empare des domaines du vivant à tous les niveaux d’organisation allant de l’échelle moléculaire à celle d’une population qu’elle soit actuelle ou ancienne. Des microbes à l’humain en passant par les plantes et l’animal, les recherches de ce directoire sont basées sur leur compréhension et l’amélioration de leur activité comme par exemple la santé pour l’humain ou encore la productivité des espèces végétales.

Directoire MST2I : mathématiques, sciences et technologies de l'information et de l'ingénierie

Fort de ses dix structures de recherche et sa structure fédérative, le directoire MST2I comporte également une plateforme de calcul intensif. Le développement de nouveaux concepts issus des mathématiques, de l'informatique, de la physique et de la chimie permettent ainsi de lever des verrous conceptuels, méthodologiques ou technologiques et répondre à des enjeux sociétaux. 
Les thématiques de recherche couvrent un champ vaste allant de l'étude des sciences fondamentales jusqu’au développement des technologies numériques, de la robotique, de nouveaux systèmes et matériaux, de la mécanique des fluides et des structures, et des procédés de transformation de la matière et de conversion de l’énergie. Afin de prendre en compte en compte la complexité des systèmes étudiés, les recherches menées sont pluridisciplinaires et associent des études avec un caractère fondamental et théorique à des études d’ingénierie.

Directoire SdM : sciences de la matière (physique, chimie, matériaux)

Le directoire SdM, composé de quinze structures de recherche et une structure fédérative, regroupe la quasi-totalité des laboratoires de physique, de chimie et de science des matériaux du site toulousain rassemblant environ mille chercheurs dont un tiers de doctorants. Les activités de recherche fondamentales et appliquées couvrent plusieurs thématiques prioritaires de l’université : molécules et matériaux pour la santé, l’environnement, l’énergie, l’aéronautique et le spatial, les simulations numériques et le calcul intensif, l’instrumentation pour des mesures extrêmes. Une forte activité transverse concerne l’étude de la matière (structure, propriétés, etc.) sous toutes ses formes, des particules élémentaires au macroscopique en passant par les molécules et nanomatériaux.

Directoire UPEE : Univers, planète, espace, environnement

Les six unités du directoire UPEE regroupées au sein de l’Observatoire Midi‑Pyrénées (OMP) allient des compétences en physique et astrophysique, chimie, écologie-environnement, sciences de la terre, de l’océan et de l’atmosphère pour couvrir un vaste champ de recherche allant de l’étude du Big Bang et de l’univers lointain jusqu’à celle du fonctionnement actuel des différentes enveloppes de la Terre et de leurs interactions, en passant par celles des planètes du système solaire et de la Terre interne.
L’OMP contribue aux recherches sur des questions sociétales cruciales : évolution de l’océan et du climat, pollutions de l’atmosphère, de l’eau et des sols et liens avec la santé publique, ressources en eau, biodiversité, risques naturels, stockage du CO2 et des déchets radioactifs, etc. Ces études sont menées par des approches couplant observations spatiales, aéroportées et in situ, développement instrumental, expérimentation, analyses de laboratoire, simulation numérique et approches théoriques. Pour l’observation de l’univers et de la Terre, le développement et l'utilisation des techniques spatiales et la mise en œuvre de services pérennes d’observation au sol, inscrits dans des réseaux nationaux, européens et internationaux, sont deux axes forts de l’OMP.