Publié le 13 mars 2020 Mis à jour le 13 mars 2020
En pleine houle des 40e Rugissants et des 50e Hurlants, le navire L’Astrolabe rejoint l’Antarctique. Les deux chargés de mission du programme SURVOSTRAL mesurent toutes les deux heures, différents paramètres physiques de l’océan austral quel que soit le tangage et le roulis à bord. Voyage en terre hostile mais néanmoins fascinante.

Photographies de Sébastien Chastanet de l'Observatoire Midi-Pyrénées (OMP), Université Toulouse III - Paul Sabatier. Reportage réalisé entre le port d’Hobart en Tasmanie et la station Dumont d’Urville en Terre Adélie, en novembre 2018. Les citations sont extraites du carnet de voyages écrits par Sébastien Chastanet pendant la mission.
 
null
Départ du port d’Hobart en Tasmanie. L’Astrolabe, deuxième du nom, est un patrouilleur et navire logistique polaire (Terres australes et antarctiques françaises - TAAF, l’Institut polaire français Émile Victor – IPEV, et la Marine nationale) © Sébastien Chastanet, OMP, Université Toulouse III - Paul Sabatier

null
Lancé périlleux de la sonde avec des creux pouvant atteindre huit mètres de hauteur © Sébastien Chastanet, OMP, Université Toulouse III - Paul Sabatier

null
© Sébastien Chastanet, OMP, Université Toulouse III - Paul Sabatier


null
© Sébastien Chastanet, OMP, Université Toulouse III - Paul Sabatier
Voir en ligne sur le site d'Exploreur.