Publié le 6 mars 2020 Mis à jour le 6 mars 2020
L’information visuelle qui parvient à notre rétine est très dense. L’attention spatiale permet d’en accélérer le traitement cérébral en sélectionnant les informations les plus pertinentes. Dans un article publié dans la revue Nature communications, des scientifiques français·es dont Rufin VanRullen du Centre de recherche cerveau et cognition (CerCo), décrivent, pour la première fois, comment le cortex préfrontal déploie l’attention visuelle dans l’espace et dans le temps, à un rythme de 10 Hz, de façon adaptée à nos besoins, ainsi que l’impact que cela a sur notre perception de notre environnement visuel.

Voir en ligne sur le site de l’Institut des sciences biologiques du CNRS.