Publié le 21 janvier 2020 Mis à jour le 21 janvier 2020
Bien que située loin des côtes au milieu de l’océan Pacifique Sud, l’île de Pâques souffre d’une accumulation de déchets plastiques. Dans le cadre du programme ESMOI dédié à l’étude des îles chiliennes, une équipe composée de chercheur·es du Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (Legos-OMP, CNRS/UT3 Paul Sabatier/IRD/CNES), s’est intéressée au transit rapide de déchets vers l’île de Pâques et ont pu identifier l’origine probable de cette contamination. L’île de Pâques s’avère être fortement connectée sur des échelles de temps courtes, inférieures à 2 ans, à la zone de pêche intensive située au large du Pérou et aux zones côtières densément peuplées du continent sud-américain. Ces résultats ont été publiés dans la revue Scientific Reports.

Voir en ligne sur le site de l’Institut des sciences de l’Univers du CNRS.