Contenu

Université de Toulouse Université Toulouse III - Paul Sabatier

Presse Annuaire Recherche avancée
22 nov.

Vous êtes ici : Accueil > La recherche

Projets de recherche financés par les fonds FEDER - PO FEDER/FSE Midi-Pyrénées et Garonne 2014/2020


Instrument de la politique européenne de cohésion économique, sociale et territoriale, les Fonds Européens de Développement Régional (FEDER) ont pour vocation de renforcer la cohésion économique, sociale et territoriale dans l'Union européenne en soutenant le développement équilibré de ses régions.

L'université Toulouse III - Paul Sabatier porte actuellement 8 projets FEDER issus de 7 laboratoires différents.

Projet ALGOLED


Ce projet concerne la culture intensive d’une micro-algue de type spiruline en bio-réacteur.

La Spiruline est une micro-algue très riche en acides aminés et en oligo-éléments,  consommée en tant que complément alimentaire. Le marché mondial de spiruline est actuellement en très forte progression. En France, par exemple, la consommation progresse de 10% par an. Actuellement, la France, importe 80 à 90% de la spiruline consommée, le reste est produit par l’agriculture traditionnelle. Cette culture doit être faite dans des conditions spécifiques, et nécessite notamment une température d’environ 35°C et un fort taux d’ensoleillement. La production, dans le cadre d’une culture traditionnelle, est donc problématique dans notre climat tempéré, et ne peut être régulière au cours de l’année.  

L’enjeu du projet est donc de mettre au point un mode de culture intensif en environnement contrôlé de type bio-réacteur. Ainsi les conditions de culture pourront être contrôlée de façon optimale, condition sine qua none pour une production efficace et rentable d’un point de vue industriel. Pour se développer, la spiruline a besoin d’eau, d’éléments nutritifs, de lumière et d’une température stable tout au long du processus de croissance. La réussite du projet passe donc par l’optimisation de ces différents éléments.

Pour adresser cette problématique deux partenaires se sont joint à l’entreprise porteuse du projet BIOSENTEC, basée à Auzeville Tolosane : le Laboratoire Plasma et Conversion d'Energie (LAPLACE) dont le rôle est d’étudier l’impact de la lumière sur la croissance de la spiruline et le CRITT-BIO INDUSTRIE qui développe un milieu de croissance adapté à la culture de la micro-algue.

Les objectifs à atteindre à l’issu du projet sont doubles :
  • Au niveau industriel, le but est de développer des bio-réacteurs de culture capables de produire efficacement et en gros volumes de la spiruline.
  • Au niveau scientifique, nous cherchons à mieux comprendre comment interagissent les micro-algues avec la lumière et leur milieu nutritif

Ce projet, financé sur un fond européen FEDER, a débuté en mars 2015 pour une durée de deux ans.


Montant de la subvention FEDER allouée : 103 556 €

Contact : David BUSO - maître de conférences UT3 Paul Sabatier / LAPLACE (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)

Projet ALMINCO


L’objectif dans ce projet est de maitriser la qualité finale des pièces en superalliage base nickel (Inconel à bas carbone) obtenues par la technologie de fusion laser de poudres métalliques. Le projet doit permettre de valider le process en vue d’une qualification globale à l’issue des deux ans d’étude.

Cette étude permettra au consortium de proposer des solutions alternatives de fabrication de pièces situées en zone chaude réduisant les coûts globaux de fabrication ainsi que le temps global du cycle de production depuis l’approvisionnement de la matière jusqu’à la pièce finie.
C’est une approche globale de maitrise du procédé depuis l’élaboration des poudres, jusqu’au traitement thermique permettant de respecter les spécifications de la pièce à un prix compétitif.
En fin de projet, deux démonstrateurs industriels sont prévus. Ils sont le préalable industriel à la qualification du process prévue à l’issue des travaux. Les spécifications seront intégrées tout au long du processus d’étude.

Le cycle d’obtention d’une pièce obtenue par fusion laser de poudres métalliques peut être décrit en 3 étapes principales :
  • Obtention de la poudre
  • Obtention de la pièce 3D par couches
  • Traitement thermique

L’objectif du projet est de proposer dans un premier temps, un jeu de paramètres dans les 3 étapes précitées permettant de valider/qualifier le procédé sur une éprouvette puis sur la pièce pilote. Cette première étude expérimentale consiste à déterminer le domaine de faisabilité des divers paramètres de fusion laser des poudres métalliques.
A l’issue de ce premier travail, l’étude portera sur l’influence des divers paramètres intervenant dans les 3 étapes sur les spécifications finales étudiées.
Les verrous scientifiques portent sur l’influence des différents paramètres et leurs interactions sur les spécifications recherchées en sortie.

Partenaires :
PRISMADD (porteur du projet)
SILIMELT
Institut Clément Ader - UT3 Paul Sabatier
Institut Clément Ader - Mines Albi

Durée du projet : 2 ans
Date de démarrage : mai 2016

Montant de la subvention FEDER allouée : 62 592 €

Contact : Walter RUBIO - professeur UT3 Paul Sabatier / Institut Clément Ader (ICA - CNRS / INSA Toulouse / Mines Albi / ISAE Toulouse / UT3 Paul Sabatier)

Projet MeteoSwift

 
Le projet s’inscrit dans le contexte actuel de la transition énergétique, qui diminue la part des énergies fossiles ou nucléaire et augmente celle des énergies renouvelables. La production d’énergie renouvelable étant intermittente (ici l’énergie éolienne), il est nécessaire de gérer cette intermittence pour garantir l’équilibre du réseau électrique. L’objectif du programme est le développement d’outils de prévision éolienne informant les gestionnaires du réseau de la production prévue le lendemain.

Le produit BASIC sera élaboré à partir des données du modèle de prévision météorologique AROME opérationnel de Météo France, tandis que le produit ACCURATE utilisera les données de prévision du modèle AROME PE15 mis en service fin 2016.

L'équipe Systèmes Multi-Agents Adaptatifs (SMAC) de l'Insitut de Recherche en Informatique de Toulouse conçoit et développe un système multi-agent adaptatif pour le cœur du système de prévision. Un premier système de prédiction de la production sera développé pour une éolienne en prenant en compte les données environnementales du site d'exploitation et les données provenant des modèles météorologiques. Ce système de prévision sera ensuite étendu à l'ensemble d'un parc éolien. L’impact des données absentes et/ou bruitées sur la fiabilité de la prédiction obtenue sera étudié. La remise en cause de l’apprentissage après déploiement sera elle aussi considérée de manière à éventuellement améliorer l’outil lors de sa phase d’exploitation. A la fin de ce travail, la possibilité d’identification des anomalies de production en temps réel sera étudiée.

Partenaires :
La start-up MeteoSwift
Le Centre National de Recherches Météorologiques (CNRM-GAME)

Montant de la subvention FEDER allouée : 100 950 €

Contact :
Marie-Pierre GLEIZES - professeure UT3 Paul Sabatier / IRIT (CNRS / INP Toulouse / UT1 Capitole / UT2J / UT3 Paul Sabatier)

Projet MO2VE


Nouveaux outils et services pour gérer les gaz dissous (O2 et CO2), de l'élevage à la conservation.

Ce projet a pour objectifs de développer :
  1. Une méthode d’analyse fiable et reproductible permettant le suivi des marqueurs moléculaires clés de l’oxydation des vins. Une telle démarche permettra non seulement d’acquérir de précieuses connaissances sur l’impact des gaz dissous dans le vin, mais aussi d’utiliser ce savoir pour améliorer les propriétés organoleptiques recherchées par type de vin.
  2. Des outils de pilotage des gaz dissous précis pour chaque étape : élevage en cuve (nano-oxygénation parfaitement homogène), élevage en barrique (nouvelle gamme de fûts), mise en bouteille (contacteur membranaire) et conservation en bouteille (bouchons à perméabilité contrôlée).

Enjeux
  • Amélioration de la qualité des vins
  • Meilleure maitrise de l’expression aromatique et du profil organoleptique des vins
  • Meilleure compréhension de l’impact des gaz dissous sur les vins

Retombées attendues
  • Mise sur le marché de plusieurs innovations majeures (produits et services) à court terme
  • Développement commercial à l’export
  • Publications scientifiques : revues scientifiques et journaux spécialisés

Partenaires :
Michael Paetzold (porteur du projet)
Diam Bouchage
Polymem
Seguin Moreau
Amarante Process
ISVV - USC Oenologie
INRA - Pech Rouge
Laboratoire de Génie Chimique (LGC)
Vignobles Gérard Bertrand
Cave de Tutiac

Montant de la subvention FEDER allouée : 75 000 €

Contact
: Jean-Christophe REMIGY - professeur UT3 Paul Sabatier / LGC (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)

Projet NEPAL


Dans le secteur aéronautique, les traitements de protection des alliages d'aluminium mettent en oeuvre des substances à base de chrome hexavalent, qui sont aujourd'hui soumises à autorisation par la directive européenne REACH. Une interdiction d'utilisation de ces substances est à ce jour programmée pour les années à venir (d’ici 2020 au plus tard). Il devient donc urgent de qualifier pour le domaine aéronautique une alternative à ces procédés utilisés depuis plusieurs décennies.



Le projet NEPAL (NouvElles Protections des alliages d’ALuminium) possède deux objectifs respectivement à court et moyen termes :
  1. optimiser les procédés développés à base de chrome trivalent (dans le cadre de projets antérieurs) pour disposer de procédés robustes industriellement pour fin 2017 qui permettront de faire la transition avec les procédés totalement exempts de chrome
  2. développer un nouveau procédé de conversion sans chrome permettant à la fois de s'affranchir de la présence potentielle de chrome hexavalent sur les pièces et de simplifier les traitements des alliages d'aluminium aéronautiques.

Les TRL (Technological Readiness Level) initiaux et visés sont différents sur les deux axes : TRL5 à 6 avec traitement de
 démonstrateurs pour validation industrielle dans le premier cas, et TRL3 à 4 avec traitement 
d'éprouvettes prototypes à l'échelle pilote dans le second cas.

Les partenaires de ce programme qui s’étale d’octobre 2015 à octobre 2018 sont :
Liebherr Aerospace, UTC Ratier-Figeac, UTC Goodrich, Daher-Socata, Mecaprotec Industries, GIT, Dassault Aviation, Constellium, Socomore, Mapaero, IRCP/Chimie ParisTech et le Centre Inter-universitaire de Recherche et d'Ingénierie des Matériaux (CIRIMAT).
L'objectif étant de rassembler tous les acteurs de la filière Traitements de Surface.

Montant de la subvention FEDER allouée : 137 332 €

Contact : Florence ANSART - professeure UT3 Paul Sabatier / CIRIMAT (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)

Projet PRESTIGE


Le projet PRESTIGE a pour ambition de fédérer tous les acteurs de la filière arboricole autour d’un outil web unique. Il  a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projet EASYNOV 2015 de la région Midi-Pyrénées et sera réalisé entre octobre 2015 et octobre 2017.

L’objectif de PRESTIGE est de développer et alimenter un portail qui regroupe des informations sur les vergers pour générer de l’information géographique à différentes échelles. Il constitue ainsi un outil partagé d’aide à la décision pour les acteurs de la filière (coopératives, revendeurs, arboriculteurs) et un outil de communication à destination du consommateur.
 
Le projet associe SOGEFI, société d’ingénierie géomatique basée à Moissac et coordinatrice du projet, le Groupe Coopératif Qualisol dont le siège est situé à Castelsarrasin et deux laboratoires toulousains, le Centre d'Etudes Spatiales de la Biosphère (CESBIO) et le Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des Systèmes (LAAS - CNRS).

Le CESBIO, est plus particulièrement chargé du développement de méthodes exploitant les données de satellites d’observation de la Terre pour établir la cartographie des vergers de l’ensemble du Tarn-et-Garonne et suivre leur évolution.

PRESTIGE bénéficie du co-financement de la Région Midi-Pyrénées, de l’Agglomération du Grand Montauban, du département du Tarn-et-Garonne et du Fonds Européen de Développement régional (FEDER).

Montant de la subvention FEDER allouée : 78 452 €
 
Contact : Gérard DEDIEU - ingénieur CNES / CESBIO (CNRS / CNES / IRD / UT3 Paul Sabatier)

Projet SELECT


Le projet SELECT a pour objectif de sélectionner des matériaux « bas niveau » au laboratoire souterrain LAFARA pour la fabrication d’instruments et d’équipements de mesure nucléaire ultra-performants. Le projet SELECT bénéficie d’un financement de l’Union européenne et de la Région OCCITANIE Pyrénées Méditerranée (FEDER).

Le laboratoire souterrain LAFARA (LAboratoire de mesure des FAibles RAdioactivités) rattaché à l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP - Université Toulouse III - Paul Sabatier) est spécialisé dans la mesure des très faibles niveaux de radioactivité. LAFARA est situé à Ferrières-sur-Ariège dans une galerie EDF.

Le projet SELECT vise à renforcer d’une part la recherche scientifique en dotant LAFARA d’une capacité de mesure ultra-compétitive et d’autre part l’innovation et le développement technologique en mettant en place un projet de R&D de collaboration public / privé. Ce projet comporte une réalisation d’aménagement de la structure existante, le développement et l’acquisition d’équipements et d’instruments ultra-performants ainsi que le recrutement de personnels (doctorants, postdoctorant, ingénieur).

L’opération SELECT a lieu entre le 01/01/2016 et le 31/12/2018.

Montant de la subvention FEDER allouée : 1 579 122 €

Contacts : Pieter van Beek - maître de conférences UT3 Paul Sabatier et Marc Souhaut - assistant ingénieur, tous deux au Laboratoire d’Etudes en Géophysique 
et Océanographie Spatiales (LEGOS - OMP / CNRS / CNES / IRD / UT3 Paul Sabatier)
 

Projet SuniAgri


SuniAgri est un projet collaboratif entre la société SuniBrain (coordinateur) et l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT). Il a démarré en 2016 pour une durée de deux ans ; et est soutenu par la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, les fonds FEDER/FSE et BPI France.



Pionnière de « l’énergie digitale » Sunibrain a développé un dispositif écologique d’arrosage automatisé et connecté, qui augmente le rendement des centrales photovoltaïques en les nettoyant et les refroidissant. La jeune société a aujourd’hui pour ambition de doter son système d’algorithmes d’intelligence artificielle pour acquérir une dimension prédictive qui améliorera sa performance. La conception de ce logiciel est confiée à l'IRIT, où l’équipe SMAC a développé la technologie des « systèmes multi-agents auto-adaptatifs » qui doit répondre au cahier des charges.

 Ce système de contrôle novateur anticipera les besoins en eau, et devra intégrer une multitude d’informations in situ et de données issues du Cloud, notamment les prévisions météorologiques à plusieurs jours. Il devra en particulier optimiser en temps réel des paramètres souvent contradictoires tels que : « la température est élevée, il faut donc arroser » vs « les réserves d’eau sont réduites, il faut l’économiser ».

 

Avec cette innovation, les porteurs du projet estiment le gain potentiel à 20%. En attendant le test grandeur réelle sur une installation agricole, un prototype miniature sera installé à l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, dans le cadre du projet neOCampus (un démonstrateur de campus connecté, innovant, intelligent et durable).

Montant de la subvention FEDER allouée : 114 000 €

Contact : Pierre Glize - professeur UT3 Paul Sabatier / IRIT (CNRS / INP Toulouse / UT1 Capitole / UT2J / UT3 Paul Sabatier)

Projet UniB-EP


Le projet UniB-EP « Réalisation d’un Ballast Universel Communicant » s’inscrit pleinement dans le contexte défini par l’ADEME qui vise la reduction drastique de la demande en énergie pour l’éclairage des villes sans pour autant degrader la sécurité et/ou l’attractivité de l’espace urbain.

L’objectif ultime du projet est le développement d’un « Ballast Electronique Universel » convenant aussi bien pour les lampes à décharges que les lampes LED. Ce ballast disposera une fonction de gradation intégrée permettant la variation de puissance tout en gardant une efficacité lumineuse optimisée. Il disposera également d'une fonction communication permettant de recevoir des ordres individuels de commande d’allumage/extinction et de gradation à distance. Cette fonction communication sera utilisée pour assurer la gestion à distance du parc des sources lumineuse et du réseau électrique de l’éclairage public et assurer une maintenance prévisionnelle de ceux-ci.

Nous espérons ainsi atteindre au minimum 75% d’économies d’énergies (par rapport à un système d’éclairage à LED moderne amis de topologie classique) grâce à des sources lumineuse à haute efficacité et une gradation performante. Economies qui peuvent être poussées à 80% en ajoutant à la gradation de l’intelligence embarquée dans le luminaire (détection de présence, mesure d’intensité lumineuse naturelle…).

Le projet UniB-EP fiancé par des fonds FEDER allie pour 2 ans (jusqu’à fin 2017) le groupe de recherche Lumière et Matière du Laboratoire Plasma et Conversion d'Energie (LAPLACE) avec une PME innovante FM-LIGHTHOUSE basée à Ramonville.


Montant de la subvention FEDER allouée : 100 300 €

Contact : Georges Zissis - professeur UT3 Paul Sabatier / LAPLACE (CNRS / INP Toulouse / UT3 Paul Sabatier)
 

Date de mise à jour 6 septembre 2017


Université Toulouse III - Paul Sabatier - 118 route de Narbonne 31062 TOULOUSE CEDEX 9 téléphone +33 (0)5 61 55 66 11