Publié le 21 juillet 2020 Mis à jour le 21 juillet 2020
Temps de vol : 33h40, altitude : 39 km, piste d’atterrissage : le désert australien. En prenant de la hauteur dans la stratosphère, le télescope PILOT gagne en sensibilité pour explorer les grains de poussières du milieu interstellaire. Prêt au décollage ?

PILOT pour Polarized Instrument for Long wavelength Observation of the Tenuous interstellar medium est un projet international impliquant laboratoires et instituts français du CNRS comme l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie (Irap-OMP) et et l'Institut d’astrophysique spatiale d’Orsay (IAS), des établissements comme le Commissariat d’énergie atomique (CEA) et le Centre nationale des études spatiales (CNES) et avec des participations étrangères (La Sapienza de l'Université de Rome -Italie-, l'Université de Cardiff -Pays de Galles-, l'Agence spatiale européenne).

Photographies de Sébastien Chastanet de l'Observatoire Midi-Pyrénées (OMP), Université Toulouse III - Paul Sabatier. Reportage fait à Alice Springs en Australie, le 16 avril 2017.

Voir en ligne sur le site Exploreur.
 
null
Préparation de la chaine de vol juste avant le lancement. Mesures météorologiques : la vitesse et l’orientation du vent sont déterminants pour l’échec ou la réussite du vol stratosphérique, ces informations sont matérialisées par le « poisson pilote » (dirigeable jaune) pour ce qui est des premiers mètres d’altitude. © Sébastien Chastanet - OMP / IRAP / UT3 / CNES / CNRS

 
null
Prêt à sortir ! Le télescope est positionné sur la nacelle qui permet entre autres choses d’en contrôler l’orientation et les mouvements pendant le vol d’observations. © Sébastien Chastanet - OMP / IRAP / UT3 / CNES / CNRS

 
null
En place ! Le ballon stratosphérique en arrière-plan est prêt à être lâché pour le deuxième vol de la mission Pilot, le 16 avril. Après plus de 30 heures de vol, la nacelle atterrira le lendemain et sera récupérée intacte dans le désert australien. © Sébastien Chastanet - OMP / IRAP / UT3 / CNES / CNRS

 
null
Envol réussi ! Le décollage rapide rend difficile la prise de vue du ballon stratosphérique. Celui observée ici, est le ballon auxiliaire d’équilibrage de la nacelle © Sébastien Chastanet - OMP / IRAP / UT3 / CNES / CNRS