Master mention Biodiversité, écologie et évolution

Résumé

L'objectif est de former des professionnels de la recherche en écologie, de la gestion de la biodiversité, et de l’aménagement du territoire.

Call to actions

Faculté des Sciences et Ingénierie
Enseignants responsables de la mention
Evelyne BUFFAN MEYERevelyne.buffan-dubau@univ-tlse3.fr 
Patrick MORDELET
 : patrick.mordelet@cesbio.cnes.fr

Composante

Site de la formation

Présentation de la formation

Cette mention de master propose 9 parcours, dont un est commun avec la mention Biologie- santé : Anthropobiologie intégrative (Anthropo) et un est en anglais Economics and Ecology.

A l'issue de la formation, les étudiants sont capables :
  • de concevoir et conduire un projet seul ou au sein d'une équipe
  • d'organiser le socle de connaissances nécessaires pour définir des hypothèses de travail dans un cadre théorique ou pratique adapté
  • de comprendre et de gérer le fonctionnement des systèmes naturels et anthropisés,
  • d'aborder d’un point de vue évolutif ou fonctionnel les grandes questions et enjeux liés à la biosphère et aux interactions homme‐biosphère, tels que les changements globaux, l’érosion de la biodiversité et les perturbations anthropiques.
  • d'envisager les processus de l’individu aux écosystèmes.
  • de s’appuyer sur l’analyse de données, l'écologie comportementale, la télédétection ou la biologie de la conservation.

La mention BEE pour les 2 parcours Aménagement des Territoires et Télédétection et A2T et Ecosystèmes et Anthropisation EcoAnt,  participe au programme Master de l’EUR TESS, dont l’objectif est d’offrir aux étudiants les plus motivés des perspectives professionnelles attrayantes dans le domaine des Sciences de l’Espace et de la Terre.

Un programme d’étude renforcé est proposé pour tous les étudiants recrutés sur le programme de TESS, à hauteur de 30 ECTS supplémentaires répartis sur les deux années de Master. Le recrutement se fait sur lettre de motivation à joindre au dossier de candidature au master.
 

Capacité d'accueil 21-22 d'entrée en master :

  • Master Biodiversité, écologie et évolution : 132 places

Partenariats

Établissements

Université Toulouse 1 Capitole
Institut national polytechnique de Toulouse (INPT)
Institut National Universitaire Champollion (Albi)

Parcours

  • Master parcours Aménagement des territoires et télédétection

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Anthropobiologie intégrative

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Écologie & évolution

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Écosystèmes et anthropisation

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Gestion de l'environnement, valorisation des ressources territoriales

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Gestion de la biodiversité

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Man and biosphere

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Modélisation des systèmes écologiques

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir
  • Master parcours Economics & ecology

    Durée de la formation : 2 ans
    Niveau de sortie : Bac + 5 (Niveau I)
    Découvrir

Et après ?

Compétences

  • Mobiliser une culture générale solide sur des cas de référence en écologie, et l’appliquer à une mission dans le secteur socioprofessionnel
  • Collecter ou produire des données, bibliographiques ou de terrain, en TP ou en stage, permettant de décrire un objet d’étude écologique à un instant donné ou sur une période donnée
  • Concevoir et mettre en oeuvre une chaîne d'opérations pour une étude en écologie dans le cadre d'un travail de recherche ou d'une étude d'impact: élaborer un plan expérimental ou un plan d’échantillonnage, valider un modèle théorique par comparaison de ses prévisions aux résultats expérimentaux ou aux mesures, apprécier les limites de validité du modèle, identifier les sources d’erreur
  • Choisir de manière pertinente une échelle d’intégration (moléculaire, individuelle, populationnelle, communautaire, écosystémique ou du paysage) et une échelle spatiale et temporelle adaptées pour répondre à une question de recherche ou de gestion en écologie, et pouvoir conceptualiser les conséquences d’un changement d’échelle spatiale et/ou temporelle

Fiche RNCP

Fiche RNCP (Commission Nationale de Certification Professionnelle)

Débouchés professionnels

Métiers
Métiers de la recherche
  • Chercheurs,
  • Enseignants chercheurs,
  • Ingénieurs de recherche et ingénieurs d’études en écologie fonctionnelle et évolutive 
Milieu socioprofessionnel
  • Ingénieur d’études, chargé d’études, chargé de missions, chef de projet en milieu naturel ou en espaces protégés
  • Ingénieur écologue,
  • Ingénieur des milieux naturels et ruraux,
  • Responsable secteur patrimoine naturel,
  • Conseiller en environnement
  • Ingénieur animateur de bassin versant,
  • Responsable environnement ou biodiversité en entreprise
  • Animateur de veille en biodiversité,
  • Animateur éducateur au développement ou à l’agriculture durable
  • Eco‐interprète
  • Coordinateur en biodiversité
  • Paysagiste écologue
  • Gestionnaire de sites protégés, experts ou consultant en écologie
  • Ingénieur en qualité de l’environnement eau, air ou sol,
Secteurs
  • Organismes de recherche français (CNRS, INRA, IRD, IRSTEA), européen ou étranger
  • Etablissements d’enseignement supérieur (Université ou École d’ingénieurs)
  • Organismes publics : DREAL, Régions, Départements, intercommunalités, Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Office National des Forêts, ONEMA, Agences de l’Eau, etc.
  • Bureaux d’études, PME du secteur de l’environnement ;
  • Parcs naturels régionaux ou nationaux, conservatoires, réserves naturelles,
  • Fédérations de chasse et de pêche,
  • Chambres d’agriculture ;
  • Associations et organisations internationales de protection de la nature.