Publié le 3 février 2020 Mis à jour le 3 février 2020
De façon surprenante, les cellules graisseuses présentes au niveau de la moelle osseuse ne diminuent pas de taille en restriction calorique même prolongée comme dans l’anorexie. Cette observation ancienne restait jusqu’à ce jour inexpliquée. Une équipe toulousaine composée notamment de chercheur·es de l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (IPBS) et du Centre de recherches en cancérologie de Toulouse (CRCT), vient de décrypter ce mécanisme en montrant que ces adipocytes sont dépourvus d’un des acteurs majeurs responsable de la libération des acides gras et que ces cellules possèdent un métabolisme lipidique centré sur le cholestérol, ce qui pourrait avoir des conséquences importantes pour les cellules à proximité comme les cellules sanguines ou les cellules osseuses. Ces résultats sont publiés dans la revue Cell Reports.

Ces travaux impliquent notamment Catherine Muller, enseignante-chercheure UT3 à l'Institut de pharmacologie et de biologie structurale.

Voir en ligne sur le site de l'Institut des sciences biologiques du CNRS.